Marketing, les défis 2018

 

Le marketing d’aujourd’hui n’a complètement rien à voir avec celui pratiqué il y a de cela quelques années encore. L’arrivée de la numérisation, la multiplication des canaux de diffusion et l’importance grandissante d’une DATA omniprésente sont venues chambouler le jeu.

 

Même si ce débat agité entre les différente génération, notamment les marketeurs millenials et ceux de l’époque du baby-boom, cela n’a en rien changé les objectifs globaux d’un marketeur. Ces derniers se déclinent en trois étapes distinctes : l’acquisition, la transformation et la fidélisation des clients.

 

Cette numérisation globale a rendu notre monde beaucoup plus complexe et de ce fait a créé une accélération inopinée des processus qui régissent les métiers du marketing.

En 2018, un bon marketeur et celui qui arrive à anticiper la tendance pour mieux innover, mais le tout, en restant fidèle aux principes de bases du domaine.

 

Toujours être à la recherche d’innovation, d’expérimentation, en cherchant la plus-value

 

En effet, il faut toujours être en quête du nouveau, de l’inédit, et encore plus que les autres, les métiers du marketing n’échappe pas à la règle. Car si l’on se contente de ce qui marche sans chercher à savoir ce qui marchera, on se condamne automatiquement à l’échec. Aujourd’hui, dans un secteur ou le digital prend de plus en plus de poids, et ou la DATA occupe maintenant une place centrale, le marketeur doit veiller à être plus efficace, plus rapide ainsi que plus visionnaire qu’à l’habitude.

 

C’est que résume et explique parfaitement la “Law of Shitty Clickthroughs” d’Andrew Shew, cadre chez Uber. Sa théorie se construit autour de trois grands principes fondamentaux dans l’optique de réussir en marketing.

Premier principe, celui de la nouveauté. La nouveauté est un magnifique levier afin de réussir dans le marketing. Elle se renouvelle sans cesse. Vous pouvez même être à la base de cette dernière, elle sera très vite recopiée par vos concurrents. Que ce soit des combinaisons de mot-clé, des carrefours d’audience “vierge”, ils devront être assez vite partagé. Les performance marketing s’en ressentiront directement. Toute campagne qui marche, ayant été tester sur une audience limitée, sera étendu sur une cible élargie. Si la cible grandit, alors les performances se dégradent.

Faire en sorte que la demande prime sur l’offre et être plus proche du client

 

Plus une entreprise est proche de ses clients, alors plus l’entreprise marque des points. Il faut coller au plus près du besoin de son client afin de mieux comprendre ses attentes et y répondre de la meilleure des manières. Cela permettra aussi une fidélisation potentielle du client.

Ici encore le digital a eu un énorme impact. Il a opéré de profonds changements. Exemple avec le fait de pouvoir passé une commande sur le web n’importe quand, n’importe où. La demande est partout, elle prime donc sur l’offre de par son accessibilité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *